Un homme tue son chien en lui donnant une part de galette contenant la fève :

mozart-deces-belgique-adf

Gare à la fève enfourner dans la part de galette des Rois que vous donnerez à Médor !!!

Alain, un demandeur d’emploi de 48 ans habitant à Verviers, en Belgique, a commandé chez son artisan-boulanger préféré une immense galette des rois à pâte feuilletée. C’est au moment de passer à la dégustation avec quelques amis que « Mozart », le chien d’Alain, s’est présenté spontanément au coin de la table comme le révèle le compte-rendu d’audition effectué par la police. Remuant la queue, sautillant sur place et poussant des grognes successives, Mozart aurait fait part de son désir d’un morceau de galette. Oubliant qu’il s’agit d’une galette des rois contenant une petite figurine en porcelaine, Alain n’a vu aucun mal à partager sa pâtisserie à son plus fidèle ami.

Le drame

Trois heures plus tard, il constate qu’aucune des personnes conviées à « tirer les rois » n’est devenu roi malgré la fin du repas. « Tout était terminé, on attaquait le cidre et le fromage et personne ne portait la couronne en carton dorée. C’est alors que j’ai constaté que « Mozart » avait disparu. » relate Alain

Caché au fond de la buanderie, « Mozart » présentait tous les symptômes d’une mort par suffocation. « Mécaniquement, j’ai présenté le cadavre de mon chien à mes amis en précisant que c’était un accident. » s’explique-t-il

Après plusieurs « selfies » avec le cadavre publié sur les réseaux sociaux, une vague d’indignation se propage dans le quartier d’Alain. « Les commentaires n’étaient pas ceux que j’attendais. J’ai eu plusieurs menaces de mort. Alors, j’ai décidé d’enterrer « Mozart » dans mon jardin ».

La vague d’indignation pourrait se propager sur toute la Belgique…

Publicités

Le nouveau statut juridique de l’Animal

senior_animaux_achat_fotolia

Gandhi disait : « On reconnait le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux. »

Merci Gandhi ! Ceci dit, il est indubitable que la perception  de l’animal diverge d’un état à un autre, et d’un humain à un autre. En ce qui concerne la France, il y a belle lurette qu’elle a fait de l’animal une chose corporelle pouvant intégrer le patrimoine d’une personne.

Et pourtant, cela ne va pas suffire : le mercredi 28 janvier 2015, l’Assemblée nationale a voté en lecture définitive le projet de loi relatif à la modernisation du droit. L’animal est désormais reconnu comme un « être vivant doué de sensibilité » dans le Code civil (nouvel article 515-14) et n’est plus considéré comme un bien meuble (article 528). Ainsi, il n’est plus défini par sa valeur marchande et patrimoniale mais par sa valeur intrinsèque. Ce tournant historique met fin à plus de 200 ans d’une vision archaïque de l’animal dans le Code civil et prend enfin en compte l’état des connaissances scientifiques et l’éthique de notre société du 21ème siècle. Cette reconnaissance participe de la modernisation de notre droit : le Code civil est enfin harmonisé avec le Code rural et le Code pénal.

Vous l’avez lu, et entendu : « Cette reconnaissance participe de la modernisation de notre droit : le Code civil est enfin harmonisé avec le Code rural et le Code pénal. » Encore un grand merci à Gandhi, qui était plutôt visionnaire en ce qui concerne nos amis à quatre pattes !

Vous êtes amoureux des animaux et de la la nature? Ce film d’animation va vous faire fondre le coeur

Un film d’animation stop-motion pour nous faire prendre conscience de ce que l’on préférerait ignorer : des animaux sont en voie de disparition à cause de l’homme qui les massacre tous les jours. 


Sensibiliser nos petit coeurs à la violence contre les animaux, c’est l’objectif de Dream.

Ce court métrage réalisé par l’agence de pub DDB WORLDWILD, à l’occasion du Wildlife Conservation Film Festival de New York, qui s’est tenu du 14 au 23 octobre 2016. Le pitch : des animaux en voie de disparition – un phoque, une baleine, un rhinocéros et un pélican – sont attaqués dans leur habitat naturel par l’homme (pour leur corne, leur fourrure) ou tués par les conséquences de notre développement (une marée noire). LA TOTAL, sur une reprise de l’émouvante musique du film Les Misérables I Dreamed a dream, façon comédie musicale… qui nous met la larme à l’oeil.

« Ne laissez pas le rêve s’éteindre »

Visionnée plus de 126 000 fois en deux semaines, la vidéo de trois minutes s’achève par  un message aussi simpliste que choc : « Ne laissez pas le rêve s’éteindre ». Cette semaine, un rapport de l’ONG WWF tirait la sonnette d’alarme : depuis 1970, les populations sauvages de mammifères, poissons, oiseaux, amphibiens et reptiles se sont effondrées de 58 %, à cause de la perte ou de la dégradation de leur habitat.