L’homéopathie, une médecine douce pour la santé de vos animaux de compagnie

L’homéopathie est une médecine alternative de plus en plus utilisée. Elle commence à se répandre chez nos animaux domestiques. Il existe maintenant des gammes de médicaments homéopathiques spécifiquement conçues pour les chiens et chats.

Les médicaments de la liste suivante ont été sélectionnés pour leur fréquence d’utilisation et leur facilité d’usage en automédication.


S’il n’y avait que deux tubes de granules à avoir sur soi en permanence, ce serait Arnica et Gelsemium, que vous pouvez utiliser aussi bien pour vos chiens que pour vos enfants. Arnica, c’est l’arme de choc contre les coups physiques et psychologiques, et Gelsemium, le « spécialiste de la douleur ».
On pourrait aussi ajouter Nux vomica, le remède des troubles digestifs. Il est conseillé d’avoir chaque produit en deux dilutions : 5 CH (à donner en cas d’urgence, toutes les demi-heures), 9 CH (5 granules en une fois).


Les incontournables de l’homéopathie pour chien:


Apis mellifica
Origine : l’abeille entière.
Indications : toutes les inflammations avec oedème (gonflement, sensation de chaleur), quelle que soit la localisation (peau, oreilles, mamelles, etc.) : le froid soulage. Les traumatismes par piqûre (insecte, serpent, vaccination, etc.), brûlures. Les allergies, l’urticaire. Les insuffisances rénales avec oedèmes.


Arnica 9 CH
Origine : l’arnica.
Indications : tous les traumatismes physiques et psychologiques du chien, crampes, courbatures, inflammations suite à un choc, plaies et suites d’opérations chirurgicales, avant et après une compétition sportive.


Arsenicum album
Origine : l’anhydride arsénieux (arsenic).
Indications : utile quand il y a fatigue et épuisement du chien. Est aussi efficace en cas d’intoxications alimentaires, maladies bactériennes virales, parasitaires (en complément des indispensables traitements allopathiques de la leptospirose, piroplasmose, parvovirose, etc.), problèmes de peau liés ou non à des parasites (pellicules sèches, poil cassant, etc.), tuméfactions, oedèmes. Chien anxieux quand il est seul, troubles du vieillissement. Soif intense, boit par petites quantités. Bouge constamment, ne trouve pas de place où se poser.


Belladona
Origine : la belladone.
Indications : C’est le remède contre les maladies infectieuses du chien accompagnées de fortes fièvres. Elle soigne aussi tous les troubles qui se manifestent par une chaleur excessive (fièvre) ou des rougeurs cutanées. Elle soigne la forte fièvre avec tremblements (piroplasmose), inflammations avec hypersensibilité locale (peau rouge, boutons rouges), angine, conjonctivite, otite, abcès débutant, spasmes/convulsions, nervosité, peur. Aggravation par le bruit, la lumière vive, le froid et la chaleur sur la tête. Forte soif.

Bryona alba
Origine : la bryone blanche.
Indications : douleurs et inflammations articulaires, oedèmes (mamelles lourdes, kystes ovariens), début de grippe avec soif intense et vertiges, toux sèche et douloureuse en passant du chaud au froid, troubles digestifs, vomissements. Les douleurs sont aggravées par le mouvement et le froid humide, améliorées par le repos et la compression locale.


Chelidonium
Origine : la grande chélidoine.
Indications : C’est le médicament pour soigner le foie du chien. Idéal pour le drainage hépatique, les manifestations cutanées de troubles hépatiques, les migraines, les troubles digestifs. Soigne aussi le prurit, les verrues du chien.


China
Origine : le quinquina.
Indications : conséquences des pertes liquidiennes (déshydratation, anémie, hémorragies), fortes diarrhées avec gaz, météorisme, anémie et fatigue.


Cina
Origine : l’armoise d’Alep.
Indications : troubles liés à l’infestation par les vers (amaigrissement, troubles cutanés, nervosité, etc.)


Gelsemium
Origine : le jasmin jaune.
Indications : « spécialiste » de la douleur, il traite aussi bien les souffrances physiques que mentales (fatigue nerveuse, anxiété). Il apaise les manifestations du stress et de l’angoisse (hyperémotivité, accélérations cardiaque et respiratoire, etc.). Il agit également sur les refroidissements/grippes, accompagnés de douleurs musculaires et sensations d’épuisement, les migraines et vertiges.


Hepar sulfur
Origine : le foie de soufre calcaire de Hahnemann (fleur de soufre et calcaire d’huître).
Indications : utile pour les chiens ayant la peau sensible qui saigne facilement et dégage une odeur désagréable (oreilles), les plaies suppurantes douloureuses, menace d’abcès, furoncles, urticaire, eczéma. Egalement efficace contre la rhinite, les diarrhées. Idéal pour un chien au tempérament émotif et impulsif, grande sensibilité à la douleur.


Ipeca
Origine : l’ipécacuanha du Mato Grosso.
Indications : nausées réflexes suivies d’épuisement et de somnolence, salivation abondante non calmée par les vomissements (malaise en voiture), diarrhées aiguës accompagnées de nausées et de vomissements, toux avec spasmes, hémorragies.


Nux vomica
Origine : la noix vomique.
Indications : C’est le remède idéal pour tous les troubles causés par des excès et s’aggravant sous l’influence de stimuli (bruit, foule, transport en voiture, air froid, etc.). Symptômes plus aigus le matin. C’est aussi le compagnon du système digestif du chien : spasmes, ballonnements, vomissements, alternance de constipation et de diarrhées, intoxication (dont hypersensibilité aux médicaments). Il est bon pour la peau du chien : plaies de léchage, éruptions cutanées causées par une alimentation inadaptée. Il est aussi bon pour son système nerveux : faiblesses, contractures musculaires douloureuses voire paralysies. Enfin, le nux vomica agit sur le comportement du chien : troubles de l’anxiété avec agressivité.


Phosphorus
Origine : le phosphore blanc.
Indications : Il est le remède pour équilibrer les troubles des chiens hypersensibles. Avec, on soigne les problèmes hépatiques et rénaux (troubles hépatiques avec vomissements et diarrhées). Au niveau de la peau du chien, il est bon pour : l’hypersensibilité aux bactéries, peau sèche avec pellicules, la chute de poils. Il est aussi efficace pour l’hypersensibilité émotionnelle, les peurs. Enfin, il agit sur les problèmes ostéo-articulaires de croissance et du vieux chien.


Podophyllum
Origine : la podophylle.
Indications : Idéal contre les diarrhées d’origine hépato-intestinale, vomissements, flatulences.


Pyrogenium
Origine : biothérapique, autolysat de tissu musculaire (décomposition de viande de boeuf ou de porc dégraissé).
Indications : Efficace contre toutes les infections du chien sans causes identifiées. Idéal sur les abcès, plaies infectées ayant du mal à cicatriser. C’est aussi un traitement de prévention en cas de début d’accès de fièvre causé par une suppuration, et les douleurs articulaires.


Rhus toxicodendron
Origine : le sumac vénéneux.
Indications : Efficace contre la raideur articulaire douloureuse améliorée par le mouvement, mais qui réapparaît lorsque l’animal se fatigue. Idéal contre les rhumatismes, l’arthrose, aggravés par temps froid et/ou humide. Egalement efficace contre la peau rouge qui démange, prurit (eczéma, urticaire, dermatite par piqûres de puces, etc.).


Silicea
Origine : la silice.
Indications : Bon pour l’animal rachitique, affaibli, facilement parasité. Efficace également pour les défenses déficientes du chien et les troubles cutanés à répétition : suppurations, crevasses, kystes. La silice traite également les problèmes du vieillissement et les troublés liés à l’anxiété sans agressivité (panique en exposition, au contact de la foule).

Pour les vaccinations :

donner une dose de Silicea 15 CH la veille de la vaccination (ou deux fois 5 granules en 9 CH).
Quelques compléments homéopathiques pour le chien
Cocculine des laboratoires Boiron pour le mal des transports.


L72 de Lehning pour l’anxiété et l’hyperexcitabilité.


Une solution de drainage hépatique comme PVB drainage hépatique de Boiron.
Traumasedyl pour les coups, contusions, hématomes et entorses. Soins des petits bobos cutanés Gel ou teinture mère au calendula pour les peaux irritées, les petites brûlures (en teinture mère : 15 à 20 gouttes diluées dans un verre d’eau bouillie en pansements, gargarismes, lavages).
Pommade ou teinture mère à l’arnica : coups, bleus, oedèmes, etc.

 

 

Publicités

Créer des moments de complicité, jouer avec votre animal

Mais enfin pourquoi joueriez-vous avec une espèce à quatre pattes ? Vous pensez peut-être que c’est une perte de temps, vous trouvez cela cocasse, comique, risible et j’en passe…

Eh bien pas du tout ! Selon les éducateurs canins, créer un univers récréatif, à la fois stimulant sur le plan psychique, que sur le plan physique, développe l’intelligence de votre animal, et renforce votre amitié .

Jouer à un jeu avec votre ami à quatre pattes, oui mais pas n’importe lequel !

La Mind-Gym pour Médor ? Kesaco ?

C’est un jeu de résolutions de problème pour le chien. Votre boule de poils doit résoudre un puzzle. A chaque fois qu’il arrive à assembler une pièce du puzzle, il gagne une friandise. 

Vous n’avez pas de puzzle ?

Voici quelques idées : vous pouvez commencer par une friandise en dessous d’un bol, d’un entonnoir ou d’une poêle.
Progressivement, vous pourrez proposer au chien des puzzles un peu plus compliqués qui demandent un procédé de résolution différent.

Mind-Gym, le jeu intelligent

N’oubliez pas de ne donner aucun indice à votre boule de poils ! Il doit trouver la solution de manière autonome. Vous pouvez toutefois l’aider en simplifiant les étapes du jeu.
Mais si vous donnez des indices à votre chien, vous ne stimulez plus son intelligence ; vous lui apprenez uniquement à suivre et à exécuter passivement des signaux externes. Et ce n’est pas uniquement une activité enrichissante pour le chien, ça l’est aussi pour le propriétaire qui développe ses capacités d’observation et de communication : il apprend à motiver son chien, à le comprendre, il prend conscience de la façon dont il peut développer le processus d’apprentissage de son chien. Il arrive fréquemment que les propriétaires voient leur chien de manière différente après des sessions de Mind Gym. Le chien, qui perçoit que son propriétaire le regarde différemment, se sentira apprécié et aura davantage envie de partager des activités avec lui.

Le développement des capacités cognitives est un processus de longue durée. Mais votre patience et votre engagement en valent vraiment la peine, car les résultats que vous obtiendrez dans la vie de tous les jours vous surprendront agréablement !

Alors à quand la première partie de Ming-Gym avec Médor !

 

 

 

 

 

 

 

 

DOGA OU RIEN !

photo-dog-and-yoga-3

 

 

 5 positions de DOGA à faire chez soi 

Pour débuter le Dog Yoga (Doga), commencer par quelques exercices à la maison. Il vous suffit d’avoir un tapis, une bouteille d’eau, une boule de poils, et 30 minutes calmes pour allier positions et respirations. Découvrez 5 positions de yoga idéales à faire à la maison avec son chien .

Si Médor ne suit pas, ce n’est pas grave, car l’essentiel, c’est d’abord de passer un agréable moment de détente, avec votre fidèle compagnon.

La position de Doga idéale pour les débutants : la planche

Commencez doucement par une position de yoga simple, la planche. Placez fermement les mains sur le sol avec la jambe droite en arrière et la jambe gauche pliée devant, en maintenant cette position, vous devez penser à serrer vos abdominaux. Après des exercices de respiration, vous devez déplacer la jambe gauche vers l’arrière pour rejoindre la droite et votre chien doit se positionner en dessous de votre poitrine. Pour que la posture soit réussie et efficace, vous devez avoir le dos bien plat, les abdominaux contractés, et sentir tout votre corps travailler. Maintenez la position pendant 5 respirations avant de passer à la suivante.

La posture de l’arbre, incontournable au yoga

La posture de l’arbre (« Vrkasana ») compte de nombreux bienfaits. Elle renforce l’équilibre physique et mental, favorise la concentration et la confiance en soi. De même que pour vous, elle favorisera une confiance et une assurance à votre chien. Vous devez vous mettre debout et vous tenir sur une jambe. L’autre doit être repliée avec le pied posé au creux de la cuisse opposée. Les bras sont tendus vers le haut, les mains sont jointes en soulevant délicatement votre chien vers le ciel, si ce dernier pèse moins de 4 kg bien-sûr ! Et vous devez regarder droit devant. L’avantage est de pouvoir vous adonner à cette position de yoga en choisissant la jambe sur laquelle vous vous sentez le plus à l’aise pour maintenir l’équilibre.

Le guerrier, pour les débutants ou les confirmés

La posture du guerrier développe la cage thoracique, ouvre les hanches et renforce les jambes. Il existe deux façons d’effectuer cette position, soit en mode débutant, soit en mode confirmé. Pour les débutants, le mieux est de fléchir la jambe avant avec le pied dans l’alignement du tapis. La jambe arrière doit être tendue avec le pied perpendiculaire au pied avant, et Médor doit être assis près de votre pied avant. Les bras sont tendus avec les mains jointes vers le ciel. Pour les confirmés, il s’agit d’effectuer les mêmes mouvements, à l’exception des bras qui sont écartés (un sur l’avant et l’autre sur l’arrière).

La position du lotus, pour la concentration et le calme

La position du lotus est la posture de la méditation par excellence dans le yoga. Concentration et calme sont garantis en effectuant ce mouvement. Vous devez être assis avec les jambes en tailleur et les pieds posés sur les cuisses. Les bras doivent être tendus, les mains déposées sur les genoux avec les paumes vers le ciel, votre chien installé sur vos paumes, L’index et le pouce sont pincés en « chin muera », faites des mouvements circulaires avec vos deux doigts pour masser et détendre votre compagnon à quatre pattes. Vous devez surveiller votre dos pour qu’il reste bien droit tout en étirant la colonne vertébrale. Vous pouvez fermer les yeux, et laisser votre esprit s’évader.

La chandelle, position incontournable des habitués

Une fois que vous serez habitué des positions de yoga, vous pourrez vous essayer à la posture de la chandelle (« Sarvangasana « ). Cette position de yoga requiert un peu d’entraînement. Allongez-vous sur votre tapis. À l’aide des mains posées dans le dos, levez le corps en tendant les jambes vers le ciel. Le corps doit être perpendiculaire au tapis, et votre menton doit être rentré dans votre gorge. Cette posture procure de nombreux bienfaits. Elle permet notamment d’améliorer la circulation du sang, et de stimuler les glandes thyroïdiennes. Elle améliore aussi les activités cérébrales, et aide à lutter contre la constipation. Pour cette position laisser Médor vous admirer ou agir selon son ressenti. Lorsque vous aurez terminé, faites-lui faire la même position, en soulevant délicatement ses pattes arrières vers le haut, tout en massant ses cuisses.

À présent vous savez faire du Doga ! C’est aussi simple que çà !

Mystic Sea : la boutique de soins esthétique qui respecte la peau et le poil de nos amis à quatre pattes

produits de soins Israel Mystic Sea.jpg

Mystic Sea, une entreprise israélienne qui pense au bien-être de nous boules de poils , oups enfin… NOS boules de poils !

Cette boutique propose une pléthore de shampooings pour poils court, longs, ainsi que pour chiots. Des shampoings antiparasitaires à l’odeur alléchante et à la texture onctueuse, tel un yaourt aux fruits yoplaît, qui fondra sur leur peau.

Hummmmm…. On vous assure qu’ils sont à leur faire consommer, sans modération !

Et que dire de leur shampooing à usage fréquent pour tous les types de pelage, sans paraben, sans produits chimiques, et sans toxines. Sans parler de la crème de beauté qui regaine le poil,  lui restitue force et brillance, en à peine quelques applications ?

Avec tous ces trésors nature, le rite du bain de votre animal devient un véritable moment de Spa !

Shoppez-les sur : http://www.mystic-sea.net 

Zoom sur l’hydrothérapie

centre-dhydrotherapie-pour-les-chiens-belz_1024

L‘hydrothérapie  est une méthode thérapeutique souvent recommandé par le médecin généraliste ou psychiatre, pour apaiser des douleurs physiques ou des troubles psychosomatiques chez l’être humain, mais également chez le chien. Un chien sportif, dépressif, obèse ou âgé, qui souffre de douleurs musculaires ou articulaires peut aussi, avoir recours à l’hydrothérapie sur conseils d’un vétérinaire.

Comment se déroule une séance d’hydrothérapie  et combien ça coûte ?

Selon la condition du patient, le thérapeute peut décider des exercices pour préparer votre animal à sa séance par le biais d’échauffement, de mouvement de flexions / extensions, de stretching ou encore par le moyen d’ultrasons ou de laser thérapeutique. Une fois ses exercices terminés, Médor ira prendre une douche par mesure d’hygiène, enfilera son gilet flottant qui évitera qu’il ne se fatigue trop. Fin prêt, Médor est placé dans le tapis de marche immergé, et la séance peut alors commencer ! 

Sachez qu’une séance coûte entre 30 et 50 € environ, et de nombreux centre de soins animaliers propose des forfaits.

Les centres ou instituts de soins animaliers que nous avons sélectionné 

  1. Centre d’hydrothérapie canine 6, place de l’Eglise 91640 JANVRY : tbe-titouetbienetre.com 
  2. Alforme, 7 avenue du général de Gaulle 94700 Maison-Alfort : http://www.alforme.fr
  3. DOG HOTEL RESORT, Z.A Les sables de cary 53 allée Georges Charpak – 45770 SARAN : http://www.doghotelresort.com 

 

 

 

 

QUAND LA ZOOTHÉRAPIE REDONNE LE SOURIRE AUX ENFANTS MALADES

Recréer du lien social, combler un vide émotionnel, tel est le but de cette thérapie à médiation animale.

Petit reportage sur la Zoothérapie à l’hôpital. Après plusieurs années de négociation avec les autorités sanitaires, une association de zoothérapie à Dijon est autorisée à organiser l’atelier « caresse d’un sourire » auprès d’enfants atteints de cancer. Adoucir le quotidien difficile de ces enfants malades au sein du service de cancérologie pédiatrique, c’est le souhait et la mission de cette association. Une initiative à saluer.

Vivez ces instants, en image !

The « Pet Effect » ou les bienfaits des animaux de compagnies

image

Perdu l’autre matin sur Instagram, j’y ai lu cette phrase inscrite entre deux photos, tout en capitales: “le pet effect, pfff… sans doute une manipulation des hommes ou une hérésie scientifique. lol j’te jure.“

Voici un bon quart de siècle que les scientifiques ont commencé à “mesurer” les bénéfices de la présence des animaux de compagnie sur notre santé mentale et physique, puis à évaluer les effets sur notre qualité de vie. Aux États-Unis, le Professeur Aaron Katcher a été un des premiers a démontré l’impact positif sur la tension artérielle et le stress. Une nouvelle étude, publiée par l’American Heart Association renforcent ses résultats, en indiquant que la possession d’un chien a des conséquences vertueuses sur le diabète, la tension artérielle et le taux de cholestérol de son maître. En baladant son compagnon, il fait lui-même de l’exercice physique.Passer du temps avec un animal de compagnie vous libère du stress quotidien. Sans jugement à votre égard, il vous accueille tel que vous êtes dans une neutralité bienveillante. Mais cela va plus loin que votre bien-être mental puisque le fait de caresser votre animal a des effets positifs sur votre santé physique en faisant baisser votre tension artérielle et votre rythme cardiaque. L’observation d’un aquarium produit les mêmes bénéfices ! De même les sorties quotidiennes, en compagnie de votre chien, participent à l’exercice physique indispensable.

« L’ animal est un médiateur ». Il peut intervenir auprès de personnes en difficulté sociale, physique, éducative ou thérapeutique. Aidant un handicapé moteur, le chien d’assistance contribue à son autonomie. Auprès d’un aveugle, le chien-guide lui ouvre le chemin. Dans les maisons de retraite, des chiens rendent visite aux résidents ou des animaux vivent parfois dans l’institution. L’animal de compagnie facilite ou renforce les liens sociaux entre les individus. La richesse des interactions qu’il développe (sujet de conversation et support affectif…), fait de lui, un élément important pour gommer le handicap, accroître l’estime de soi, retrouver le goût de l’autre et se sentir utile. Autant de points positifs qui participent à apprécier la vie avec lui.

Et je terminerais cet édito du mois du « bienfait animal », en vous suggérant de caresser Félix, et de passer du temps avec Médor au maximum !

Testez, c’est prouvé ! J’vous assure, lol !

555
Marina-Yrime Djedjemel

signature-fashion

Les vertus thérapeutiques du chat

« La ronronthérapie »… à entendre ce nom, un sourire se dessine sur nos visages, et pourtant, des études ont prouvées que le chat possède de véritables vertus thérapeutiques: il apaise l’homme, le déstresse, soigne son insomnie, et chasse ses idées noires.


« Lorsque je me sens triste, sans aucune envie de communiquer avec des humains, je prends mon chat, je le mets sur mes genoux et je lui parle comme à un être humain, je lui racontes mes soucis, confie Myriam, assistante de direction. Il me laisse parler sans me contredire, et son ronronnement m’apaise. Puis je me contente de le caresser en silence. Progressivement j’arrive à une béatitude inexplicable, particulière. »

Diverses études récentes ont démontrées que ceux qui vivent avec un chat ont une meilleur santé psychologique que ceux qui vivent sans ( Tout sur la psychologie du chat de Joël Dehasse – Odile Jacob, 2008). Plusieurs propriétaires constatent et expérimentent le pouvoir de leurs compagnons griffus, sans pour autant pouvoir l’expliquer. Véronique Aïache, une ancienne « ennemie » des chats, écrit un livre qui lève ce mystère avec un très beau livre intitulé la Ronron Thérapie. « Disons que ces animaux me laissaient indifférent,  rectifie-t-elle. Mais ma fille a tellement insisté que je me suis laissé convaincre, et Plume est entrée dans ma vie. Je me suis surprise à me délecter de sa présence, et même à puiser dans ses ronronnements l’inspiration de mes écrits. Plume, 2 ans aujourd’hui, est devenue l’“âme de la maison”, comme disait Cocteau. En fait, j’ai écrit ce livre parce que je ne trouvais rien, en dehors d’infos éparses sur Internet, qui me permette de comprendre comment un simple ronronnement peut se révéler si précieux pour le corps et l’esprit. »

Des ronronnements anti jet lag

Sans Jean-Yves Gauchet, vétérinaire toulousain et véritable inventeur de la « ronron thérapie », le livre n’aurait jamais vu le jour. Cette « thérapie », il l’a découverte sans l’avoir cherchée. « Tout a commencé en avril 2002, se souvient-il. J’étais en quête d’informations pour Effervesciences, la petite revue scientifique que je dirige sur le Net. Je suis tombé sur une étude d’Animal Voice, une association de recherche qui étudie la communication animale. Elle a repéré, statistiques à l’appui, qu’après des lésions ou des fractures, les chats ont cinq fois moins de séquelles que les chiens, et retrouvent la forme trois fois plus vite. D’où l’hypothèse d’une authentique action réparatrice du ronronnement : en émettant ce son, les chats résistent mieux aux situations dangereuses. » Car s’ils « vibrent » de bonheur en s’endormant, ils le font aussi quand ils souffrent et sont plongés dans des situations de stress intenses.

Jean-Yves Gauchet publie aussitôt un article sur le sujet et propose à des volontaires de tester les pouvoirs du ronronnement grâce à un CD de trente minutes, Détendez-vous avec Rouky (Le CD Détendez-vous avec Rouky est disponible sur le site d’Effervesciences, 15 €) – le chat Rouky existe vraiment, il s’agit en fait de l’un de ses « patients ». Les résultats sont parlants : les deux cent cinquante « cobayes » ont ressenti du bien-être, de la sérénité, une plus grande facilité à s’endormir. D’un point de vue purement physique, ces sons sont des vibrations sonores étagées sur des basses fréquences de vingt-cinq à cinquante hertz. Ces mêmes fréquences qui sont utilisées par les kinés, les orthopédistes, et en médecine du sport pour réparer les os brisés, les muscles lésés et accélérer la cicatrisation. Les compositeurs de musiques de films utilisent aussi ces basses fréquences afin de susciter des émotions. « Le ronronnement utilise le même chemin dans le cerveau, à travers le circuit hippocampe-amygdale, une structure étroitement liée au déclenchement de la peur, indique Jean-Yves Gauchet. Écouter ce doux bruit entraîne une production de sérotonine, l’“hormone du bonheur”, impliquée dans la qualité de notre sommeil et de notre humeur. » Le ronronnement « joue un peu le rôle de la madeleine de Proust, ajoute le praticien, sauf, bien sûr, si vous êtes encore traumatisé par ce chat qui vous a griff é au visage quand vous aviez 6 ans ». Récemment, il s’est aperçu que ces vibrations aidaient à réduire le jetlag, la fatigue liée au décalage horaire. Au printemps 2009, il a conçu, en collaboration avec le géant américain de l’informatique Apple, une application destinée aux téléphones portables iPhone. Le but : aider, après un voyage vers des rivages lointains, à récupérer le bon rythme plus rapidement grâce à une savante association de ronrons enregistrés, de conseils diététiques (notamment manger des noix), et la diffusion d’une lumière bleue générant la production de mélatonine.

Une éponge émotionnelle

Le chat ronronne pour se guérir, mais ronronne-t-il aussi volontairement pour nous faire du bien ? Nous aimerions le croire. Violaine, 40 ans, pharmacienne, témoigne : « Ma psychanalyste avait un chat. Il restait sagement à sa place, sauf dans des moments très difficiles où il grimpait sur le divan à côté de moi. »

Cela dit, Joël Dehasse, vétérinaire à Bruxelles, est formel : un chat vibre essentiellement pour accroître son propre confort. S’il est champion pour nous débarrasser de nos énergies négatives, c’est aussi parce qu’il a vérifié qu’un humain serein est plus attentif et répond mieux à ses besoins. Le chat est capable de repérer notre détresse instinctivement, grâce aux phéromones que nous émettons (chaque émotion a sa propre odeur). Rien de très altruiste, donc. Sauf allergie aux poils de chat, il n’y a que des avantages psychiques et physiques à vivre avec lui. 

Véronique Aïache cite plusieurs expériences : « En 1982, Aaron Katcher, psychiatre américain, prouve en direct devant des caméras de télé que caresser un chat diminue l’anxiété, la tension artérielle, donc le risque d’infarctus. Dennis R. Ownby, responsable de la section allergo logie et immunologie de l’université de Géorgie, aux États- Unis, conclut, au terme d’une étude de sept ans, qu’en étant quotidiennement au contact de chats, on s’expose à des molécules connues pour leur efficacité protectrice du système immunitaire. » Mais, curieusement, si le chat possèdedes vertus antidépressives, il ne nous met pas de bonne humeur. « Il libère les humains de leurs énergies négatives, sans pour autant en apporter de positives, constate Joël Dehasse. Le bien-être ressenti est surtout lié à la disparition des humeurs sombres. »

« Si l’homme à laisser le chat s’installer sur ses canapés, ce n’est pas seulement pour chasser les rats et les souris. Dit Jean-Yves Gauchet. Je crois que les félidés et les homnidés étaient faits pour se retrouver. C’est au delà du rationnel, cela nous  dépasse. »

La vérité est que, entre l’homme et le chat, c’est magique !

Les bienfaits de la zoothérapie

C’est une nouvelle méthode thérapeutique, qui consiste à soigner adultes ou enfants atteints de troubles psychologiques.

Par exemple, Le zoothérapeute utilise la proximité d’un animal domestique ou de compagnie, auprès d’un humain souffrant de troubles mentaux, physiques ou sociaux pour réduire le stress ou les conséquences d’un traitement médical ou des problèmes post-opératoires. Lorsqu’elle utilise le cheval, il s’agit d’hippothérapie, d’équithérapie ou de thérapie avec le cheval selon l’approche proposée. Elle peut également utiliser d’autres animaux comme le chien, le lapin, le chat, le dauphin (delphinothérapie), notamment. Pendant l’adolescence, l’animal peut être un support émotif pour des jeunes en situation difficile.

Vous l’aurez compris, selon les zoothérapeutes, avoir un chien améliorerai la santé et la qualité de vie chez l’être humain.

Et selon Abidjan Dog Fashion, pour avoir expérimenté la « dog » thérapie, nous vous confirmons qu’avoir un chien est source de bonheur et de positivité.

Avoir un chien permettra à une personne solitaire, de s’ouvrir à son environnement et d’aller vers les autres, puisqu’il faudra le sortir. Le chien étant un catalyseur social, il va attirer des personnes vers vous, qui eux aussi, ont un chien, ou tout simplement, trouvent le votre très mignon.

Sachez aussi, que selon une étude scientifique américaine, caresser son chien pendant quelques minutes, quand on est en colère ou très stressé détend, apaise, et calme.

Il existe au Québec, l’institut Douglas, qui fait partie du centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, et qui pratique la zoothérapie.

Plus d’infos sur http://www.douglas.qc.ca

Il y a également un institut en France, voir: http://www.institutfrancaisdezoothrapie.com